Spécialiste de l'isolation des murs, toitures, greniers et maisons

Contactez-nous via NOTRE FORMULAIRE ou par téléphone au 010/68.91.00

Conseils

Isolation : à chaque besoin, sa laine de verre

La laine de verre, l’un des isolants les plus prisés actuellement, se décline en diverses qualités et en de nombreux conditionnements. Il devient ainsi plus difficile de s’y retrouver parmi les variantes existantes sur le marché. Découvrez tous nos conseils pour faire le bon choix !

La bonne utilisation pour le bon isolant en laine de verre

Si dans le cadre d’une rénovation ou d’une construction, vous vous posez des questions sur l’isolant idéal qui permettra à votre bâti d’avoir une performance thermique optimale, optez pour les laines de verre. Mais laquelle de leur variante adopter ? La réponse dépend de l’usage prévu. Pour une isolation de combles perdus, vous ferez un bon choix en privilégiant les laines de verre souples en rouleaux de type IBR. Pour cette application en effet, on n’aura pas besoin d’une excellente conductivité thermique et d’une bonne tenue mécanique.

À l’inverse, pour isoler les rampants de toiture ou de murs, l’option précédente est à éviter pour être à l’abri d’un risque d’affaissement ou d’apparition de ponts thermiques. Le mieux est donc, pour l’isolation intérieure des murs, de choisir des laines de verre semi-rigides en panneaux ou en rouleaux de type GR. À l’inverse des autres matériaux souples en rouleaux, celles-ci disposent d’une bonne tenue mécanique qui contribue à la facilité et la rapidité de pose.

Le rapport entre épaisseur et performance importe beaucoup

En principe, il faut un matériau de bonne épaisseur pour isoler d’une manière optimale une habitation. Exceptionnellement, il est possible de profiter d’un meilleur confort chez soi en privilégiant des isolants plus fins.

Sur le marché par exemple, il existe des laines de verre ayant une conductivité thermique de 0,032 W/m/K. Certaines vont même jusqu’à afficher une conductivité thermique de 0,030 W/m/K. Dans ce cas donc, vous n’aurez pas besoin d’une épaisseur de 300, voire 400 mm pour bénéficier des effets escomptés pour l’isolation des murs par l’intérieur. Dans ce cas, vous savez déjà vers quel isolant vous tournez.

Isolation des combles aménagés

Il est important, en France, de se soumettre aux exigences du CPT 3560-v2 du CSTB et du DTA Isolation des combles n° : 20/15-356. En Belgique par ailleurs, ou en Wallonie pour être plus précis, les mêmes exigences sont respectées par les spécialistes locaux en isolation de bâtiments. Le CPT prévoit, entre chevrons, l’insertion d’un isolant en laine de verre rigide ou semi-rigide ayant une conductivité thermique de 0,036 W/m/K ou moins et une résistance thermique de R=1,65 m2.K/W ou plus. Il impose, sous chevrons, une isolation en laine de verre flexible ou semi-flexible disposant d’une excellente résistance thermique.

Et que doit-on respecter d’après le DTA. Ce dernier prévoit, entre chevrons ou fermettes, des obligations similaires à celles du CPT 3560. Sous chevrons ou fermettes, il exige une isolation en laine de verre au moins semi-rigide et disposant d’une conductivité thermique de 0,038 W/m/K ou moins. L’isolant utilisé doit aussi être conforme à la réglementation thermique en vigueur. Enfin, il ne faut jamais utiliser en application en rampants de toiture les isolants de classe de tolérance d'épaisseur T1. Ce qui veut dire qu’un isolant souple ayant une conductivité thermique de 0,040 W/m/K ou plus est à éviter.

Connaître les caractéristiques d’un isolant en laine de verre

Quel que soit votre choix, sachez que l’élaboration se fait de la même manière. Elle se fait en effet par fusion et fibrage de sable et de verre recyclé ou calcin. Pour le conditionnement, vous aurez plusieurs options : rouleaux, panneaux et flacons. À vous de choisir celle qui correspond à la configuration du bâti, au confort que vous recherchez et à l’accessibilité des parties à isoler.

La laine de verre dispose d’une structure poreuse et élastique. Cela lui permet de réduire d’une manière optimale les bruits aériens et les chocs. En plus d’être un excellent isolant thermique donc, ce matériau constitue un excellent isolant phonique et acoustique.

Comme la laine de roche, la laine de verre est un matériau incombustible. Elle dispose donc d’une réaction passive au feu. Par ailleurs, s’il y a incendie, aucune propagation de flammes n’est à craindre.

Si vous faites appel à un véritable professionnel du secteur de l’isolation de bâtiment pour la mise en œuvre d’une isolation en laines de verre, vous pourrez profiter d’une durée de vie de plusieurs dizaines d’années. Et durant toutes ces années, les performances resteront toujours les mêmes.

Mais qu’en est-il de l’impact environnemental ? Bien que nombreux d’entre nous pensent le contraire, une laine végétale de la même performance émet plus de CO2 qu’une laine de verre. Autant de raisons d’envisager la mise en œuvre de cet isolant au cours d’un prochain projet de construction ou de rénovation d’une maison ou d’un bâtiment pour habitation collective.

Retour
Mentions légales

Pour améliorer votre expérience sur notre site internet, nous utilisons des cookies. La poursuite de votre visite sur notre site vaut pour consentement du traitement de certaines données personnelles et de l'utilisation de ces cookies. Plus d'infos ici.