Spécialiste de l'isolation des murs, toitures, greniers et maisons

Contactez-nous via NOTRE FORMULAIRE ou par téléphone au 010/68.91.00

Conseils

Les isolants biosourcés : principes, usages et performances

Au cours de la dernière décennie, les isolants biosourcés ont gagnés de plus en plus de terrain sur le marché des produits d’isolation thermique et phonique de l’habitat. Les isolants minéraux, tels que la laine de verre ou de roche, ainsi que les isolants synthétiques, comme le polyuréthane et le polyester expansé, dominent encore le secteur. Toutefois, les isolants biosourcés leur grignotent d’année en année des parts de marché.

Quelles sont les raisons de l’engouement des porteurs de projets pour ce type d’isolation et de quoi s’agit-il exactement ? Voici tout ce qu’il faut connaître sur les isolants biosourcés.

Isolant biosourcé : définition

Un isolant biosourcé est un matériau écologique utilisé dans le cadre d’un gros œuvre pour assurer l’isolation thermique intérieure ou extérieure d’un habitat. Il est défini par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) comme étant un matériau partiellement composé de matières premières provenant de la biomasse animale et végétale. Cette définition englobe les matières recyclées et les fibres de bois. Un isolant biosourcé doit répondre aux exigences environnementales du label « bâtiment biosourcé ».

Le label « bâtiment biosourcé »

Créé le 21 avril 2012 et intégré dans le CCH (Code la construction et de l’habitation), ce label a été mis en place dans l’objectif de favoriser les constructions qui exercent un impact minimum sur l’environnement. Il se base sur 3 critères :

  • Les matériaux doivent être produits à partir d’une matière renouvelable
  • Ils doivent contribuer à la diminution de l’émission de gaz à effet de serre
  • Ils doivent participer au stockage temporaire de carbone

Pour être éligible au label, le matériau doit aussi être accompagné d’une fiche de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) comportant un résumé de ses conséquences environnementales. La délivrance de cette certification « bâtiment biosourcé » exige également la présentation de documents attestant la qualité et la traçabilité des matières premières. À titre d’exemple, le fabricant doit fournir des pièces justificatives certifiant que le bois provient d’une forêt gérée durablement.

Isolants biosourcés : un marché en plein essor

Le marché des isolants biosourcés enregistre un développement exponentiel au cours de ces dix dernières années. Ces produits suscitent l’engouement des maîtres d’ouvrage grâce à l’intérêt grandissant des porteurs de projet pour les constructions réalisées avec des matériaux ayant un faible impact sur l’environnement, telles que les constructions en bois.

A cela s’ajoute l’action des pouvoirs publics qui ont mis en place des dispositions favorables pour promouvoir le secteur industriel de ces isolants. Les PME et les PMI qui fabriquent localement des isolants biosourcés à partir de produits et de sous-produits agricoles peuvent ainsi prétendre à des appuis financiers et à des avantages fiscaux.

Pourquoi choisir les isolants biosourcés ?

Il existe plusieurs bonnes raisons qui doivent inciter les porteurs de projet à opter pour les isolants biosourcés :

  • Il s’agit de produits de qualité répondant aux nouvelles contraintes liées à la politique de développement durable et de protection de l’environnement. Ils sont conformes aux normes européennes et aux exigences du cadre réglementaire en vigueur. Ils sont éligibles aux aides de l’État.
  • Ils sont fabriqués avec des matières premières naturelles certifiées par un écobilan.
  • Ils sont compatibles avec toutes les techniques de construction.
  • Grâce à leurs propriétés intrinsèques (perspirance, inertie et hygrorégulation), leurs actions ne se limitent pas à la simple isolation. Ils apportent un confort optimal au sein de l’habitat.

Isolants biosourcés : les matières premières de base

Ces isolants peuvent provenir de la transformation de diverses matières premières, comme le bois, la ouate de cellulose issue du papier, la laine de coton, le liège, la plume de canard, le lin, la laine de mouton, la laine de chanvre, le textile recyclé ou la paille. Ces matières ne sont pas utilisées seules. Pour qu’elles acquièrent les propriétés nécessaires à leur usage, elles sont combinées avec un autre matériau.

Ainsi, l’isolant en ouate de cellulose est composé de papiers broyés récupérés auxquels sont ajoutés des additifs pour accroître l’efficacité de leurs propriétés ignifuges et imputrescibles. L’isolant en laine de chanvre comporte des fibres de chanvre (60 à 70 %) et des fibres thermofusibles (30 à 40 %), telles que du polypropylène ou du polyester pour assurer la liaison des matières.

Les applications des isolants biosourcés

Ces isolants sont présentés sur le marché sous 3 formes différentes :

  • En panneaux (de chanvre ou de fibres de bois)
  • En rouleaux (textile recyclé, chanvre, bois, laine de mouton, coton, lin, plumes de canard)
  • En ouate à souffler ou à projeter (coton, cellulose, textile)

Les isolants à base de laine de chanvre, de laine ou de fibre de bois conviennent à l’isolation des plafonds, des combles aménagés ou perdus ainsi que des murs pour une isolation par l’intérieur ou par l’extérieur. Pour les planchers intermédiaires et bas, il faut opter pour la fibre de bois ou la laine. N’importe quel isolant biosourcé peut être utilisé pour protéger l’habitat contre le froid et le bruit au niveau des cloisons intérieures, à part la ouate de cellulose et la fibre de bois.

Retour
Mentions légales

Pour améliorer votre expérience sur notre site internet, nous utilisons des cookies. La poursuite de votre visite sur notre site vaut pour consentement du traitement de certaines données personnelles et de l'utilisation de ces cookies. Plus d'infos ici.