NOUS RECRUTONS DES EQUIPES DE FACADIERS

février 22, 2022

Isolation phonique : aménager un local de musique chez soi

DD Isolation

 

Moins populaire que l’isolation thermique, l’isolation phonique ou acoustique n’en demeure pas moins importante. Elle permet de protéger la pièce des sons extérieurs ou d’éviter la transmission des bruits vers l’extérieur. Elle est idéale pour écouter de la musique dans une pièce sans perturber la tranquillité des pièces voisines.

Vous souhaitez aménager un local de musique chez vous ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’isolation phonique pour réussir votre projet !

 

Qu’est-ce que l’isolation phonique ?

 

L’isolation phonique ou acoustique est un procédé par lequel on protège une pièce des bruits extérieurs. De même, elle permet l’atténuation des sons intérieurs vers les autres pièces. Ainsi, elle a pour fonction principale de réduire la transmission des bruits d’un point A vers un point B.

 

Pour réussir efficacement un tel projet, l’isolation acoustique implique la prise en considération de certains facteurs comme :

  • la structure de la salle à isoler (matériaux de construction, orientation et jonction des parois) ;
  • le choix des matériaux pour l’isolation acoustique ;
  • la mise en œuvre.

 

De ce fait, si vous envisagez la création d’un local de musique chez vous, vous devez pouvoir catégoriser les bruits que vous souhaitez limiter.

 

isolation-phonique

Catégorisation des bruits

 

Les bruits peuvent être catégorisés en différents types. On distingue donc les nuisances sonores aériennes qui englobent les bruits extérieurs à l’habitat (chez votre voisin ou simplement dehors), les bruits entre deux pièces et les bruits des étages voisins.

 

Lorsque les nuisances sonores proviennent de la vibration d’une pièce, on parle de bruits solidiens ou d’impact. Il s’agit entre autres des bruits issus du tambour d’une machine à laver, des pas, d’une perceuse sur un mur. Dans ce cas, les techniciens proposent une correction acoustique.

 

Enfin, il y a les bruits d’équipement qui concernent, quant à eux, les canalisations, les chaudières et la ventilation.

 

Les lois pour l’isolation des sons

 

Pour isoler une pièce, les experts se basent sur deux lois fondamentales.

 

La loi de masse

 

Une paroi pleine en béton par exemple propage moins le son qu’une paroi creuse. La raison est que plus la matière à isoler est épaisse, moins le bruit s’échappe. Ainsi, la densité joue un rôle très important dans l’isolation phonique. En fonction du son à atténuer (voix humaine, musique, bruits environnants), la paroi aura une structure différente. Il faut cependant considérer la résistance des parois pour éviter d’abimer les fondations et faire des surcharges.

 

La loi masse-ressort-masse

 

Pour réaliser une isolation acoustique, on utilise le principe masse-ressort-masse. Elle consiste à placer un ressort entre deux parois (extérieure et intérieure). Généralement, le ressort est matérialisé par le matériau d’isolation ou l’air entre les deux masses. Il permet d’atténuer la diffusion des sons entre deux pièces distinctes. La couche d’isolant souple est placée entre l’isolant et la paroi. Étant donné que beaucoup de propriétaires ne vous laisseront pas créer un mur épais dans leur bâtiment, le choix de la deuxième méthode est le plus avantageux.

 

Comment réussir une isolation acoustique ?

 

L’isolation phonique d’une pièce repose également sur l’étanchéité à l’air des parois. Il faut éviter au maximum les fuites d’air de l’intérieur vers l’extérieur et vice versa. Pour cela, vous devrez suivre certaines étapes en fonction des bruits et de leurs origines.

 

Détecter et isoler le bruit

 

Le son se déplace par des ondes aériennes qui cherchent le chemin le plus court pour circuler. Elles font vibrer les parois faisant ainsi diffuser le son aussi bien par le plancher que par le plafond et même par les côtés. Ainsi, il faut isoler les parois horizontales et verticales pour régler le problème. À cet effet, avant de pouvoir isoler la source du bruit, il faudra identifier sa nature.

 

Réduire les nuisances sonores aériennes

 

L’idéal dans ce cas est d’opter pour un doublage dissocié du mur avec une ossature métallique. Cette dernière est jointe à des matériaux résilients dotés d’un isolant phonique entre la plaque en plâtre et l’ossature. Ce processus se déroule en 6 principales étapes :

 

Etape 1 : fabriquer une ossature métallique en rail et montant. Elle doit être séparée de la paroi à isoler pour offrir une couche d’air. Il est possible d’opter pour une ossature en bois, mais la performance de l’isolation sera réduite.

 

Etape 2 : mettre une bande résiliente en dessous de l’ossature. Elle est généralement en caoutchouc, fibre de bois ou liège.

 

Etape 3 : disposer à l’intérieur de l’ossature un isolant phonique et à la fois thermique. La laine de bois de dimension 40 mm est parfaitement adaptée.

 

Etape 4 : rajouter une finition comme une plaque de plâtre.

 

Etape 5 : éviter le contact entre les panneaux de finitions, les murs adjacents et même le plafond. On peut rendre la surface étanche à l’air en ajoutant un joint périphérique ou en réalisant une étanchéité au mastic après nettoyage.

 

Etape 6 : ajouter une couche de peinture ou d’enduit pour embellir.

 

Il est également important de prévoir un pare-vapeur entre l’ossature métallique et la plaque pour une finition intérieure au cas où le doublage est orienté vers l’extérieur.

 

Faire une cloison de séparation

 

La réalisation d’une cloison de séparation est presque identique à la précédente opération. Il est question de fabriquer une cloison munie d’une ossature métallique et dotée de matériaux résilients.

 

Un isolant phonique est requis entre l’ossature et les plaques de plâtre sur les côtés. La cloison de séparation est également étanche à l’air. Elle peut être désolidarisée du mur par une bande en élastomère.

 

La laine minérale est conseillée pour réduire au maximum la transmission des sons. Elle fait partie de la catégorie des ressorts doux (comme la mousse composite polyuréthane). Ces derniers permettent d’absorber les bruits de manière plus efficace.

 

Réaliser l’isolation phonique du sol et des fenêtres

 

Ici, on opte pour la pose d’un revêtement comme une moquette épaisse ou un parquet flottant. Il est également recommandé une couche isolante dotée d’une dalle en béton armé et des changements de structures au niveau des portes. Il ne faut pas oublier d’incorporer au faux plafond un isolant souple.

 

Quant aux cadres des fenêtres, celles-ci doivent être étanches. La menuiserie en général doit être en parfait état et protégée contre les termites. Si cela est nécessaire, n’hésitez pas à mettre des joints pour éviter les fuites d’air. De plus, vous pouvez utiliser des baies vitrées. À cet effet, plusieurs types de vitrages sont disponibles à cet effet :

 

    • le vitrage classique en alu, bois ou PVC ;

 

    • le double vitrage classique (4-6-4 ou 4-12-4), moins adapté pour l’isolation acoustique ;

 

    • le double vitrage asymétrique, qui procure une isolation d’environ 35 dB ;

 

    • le vitrage à isolation renforcée, très performant avec un niveau d’atténuation de 40 dB.

 

Les locataires et propriétaires peuvent bénéficier sous certaines conditions, d’un crédit d’impôt sur le prix TTC des fenêtres neuves. Les frais d’installation ne sont généralement pas inclus.

4.8/5 - (9 votes)
Demander un devis